-
Héraldique européenne... le blog Armorial des Cardinaux Armorial des Maréchaux de France Armorial des communes de France Armorial des Arts et Sciences Armorial des rues de Paris Armorial de l'Ordre de l'Annonciade Armorial de l'Ordre du Chardon Armorial de l'Ordre de la Jarretière Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit Armorial de l'Ordre de Saint-Louis Armorial de l'Ordre de la Toison d'Or
Pour rappel, l'accès rapide et la navigation entre mes différents blogs s'effectuent aisément par l'intermédiaire des icônes situées juste au-dessus du titre principal de chacun des blogs.
Pour rappel aussi, au cumul de l'ensemble des blogs, j'essaie de publier au moins 10 nouveaux messages par jour.

mercredi 3 août 2011

Provinces de France - Limousin

Le blasonnement des armoiries du Limousin est : d’hermine, à la bordure de gueules.
Le lecteur attentif, ou tout simplement l’amateur supposera immédiatement la parenté qu’il peut exister entre les armoiries du Limousin et celles de la Bretagne. Au contraire d’autres similitudes visuelles que l’on trouve régulièrement en héraldique, celle-ci n’est pas un « faux-ami », mais trouve bien son origine dans une parenté historique. Ainsi en 1275, Arthur de Dreux, futur Duc Arthur II de Bretagne, épouse Marie de Comborn, héritière et Vicomtesse de Limoges. A la mort de celle-ci en 1290, son fils, le futur Duc Jean III de Bretagne, devient, sous la tutelle de son père, le nouveau Vicomte de Limoges, entérinant ainsi l’entrée du Limousin dans la famille ducale de Bretagne. Puis en 1314, Jean III, devenu Duc de Bretagne cède à son frère cadet Guy, déjà Comte de Penthièvre, la Vicomté de Limoges. Ici se situe l’explication des armoiries limousines. Tout d’abord, rappelons-nous qu’en 1316, les Ducs de Bretagne adoptent pour armes l’hermine plaine, et d’autre part, Guy étant un cadet, ajoutait une brisure aux armoiries familiales, en l’occurrence une bordure de gueules, laissant ainsi en héritage ses armoiries bretonnes brisées d’une bordure au Limousin.
Pour être complet sur le sujet, deux autres armoiries sont aussi attribuées à la province du Limousin. Ces armoiries sont soit "coticé (10) d’or et de gueules", soit "d’or, à trois lions d’azur". Les armes coticées reprennent celles de la Maison de Comborn-Turenne, à laquelle appartenait Marie de Comborn, qui précéda la Maison de Dreux-Bretagne dans la Vicomté de Limoges, tandis que celles aux lions appartenaient à la première maison des Vicomtes de Limoges, qui, jusqu’en 1114, précéda celle de Comborn. Nous ne prétendrons pas régler le sujet dans le présent article, et nous contenterons simplement d’exposer ces variantes en constatant que les armoiries à l’hermine sont celles usitées historiquement pour la province, raison pour laquelle nous les avons privilégiées.
Limousin

Limousin (Vicomtes de Limoges)

Limousin (Comborn-Turenne)

Principauté de Reuss-Schleiz (Reuss, branche cadette)

La Principauté de Reuss-Schleiz ou Reuss, branche cadette (Reuß zu Schleiz - Reuß jüngerer Linie) est issue des regroupement et divisions des territoires situés en Thuringe de la Maison de Reuss. La branche cadette de la famille est élevée à la dignité princière en 1806 en même temps qu'elle adhère à la Confédération du Rhin. En 1815, elle adhère à la Confédération germanique, en 1867 à la Confédération d'Allemagne du Nord et en 1871 à l'Empire allemand. Elle conservera un Prince souverain jusqu'en 1918. Particularité de la Maison de Reuss, tous les hommes portent le prénom Henri (Heinrich). Dans la branche cadette, ces Princes étaient numérotés à partir de 1 à chaque nouveau siècle, pour recommencer le décompte au début au siècle suivant. A l'extinction de la branche aînée en 1927, la branche cadette se retrouve détentrice de l'ensemble des droits de la Maison de Reuss. Le territoire de la Principauté est aujourd'hui intégré dans le Land de Thuringe.
Voici le drapeau, les armoiries et la cocarde militaire de cette Principauté.

Principauté de Reuss-Schleiz (Reuss branche cadette)

Dans les armoiries, l'observateur avisé aura noté que celles de la branche cadette se distinguent de celles de la branche aînée par la forme de la queue du lion des Reuss, figurant aux quartiers 1 et 4. Ici, elle est simple, tandis que chez la branche aînée elle était double.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Vous pouvez m'aider
Si j'en crois Wikipedia, il semble que l'Ordre de l'Aigle Noir de Prusse (Hohe Orden vom Schwarzen Adler) n'a compté que 407 récipiendaires entre 1701 et 1918. Si cette information est exacte, un tel nombre de personnages serait compatible avec une publication sur le présent blog, à la manière de ce que je fais actuellement pour la Toison d'Or ou encore la Jarretière.
En conséquence, je suis à la recherche d'une liste complète et chronologique des titulaires de cet ordre (cette liste pourra être en français, en allemand, en anglais ou en toute autre langue).
Merci d'avance de votre aide.

PS 1 : les premières informations collectées (merci aux nombreux contributeurs) laissent penser que le nombre de 407 concerne exclusivement ceux des chevaliers qui furent reçus avec collier, le nombre global de chevaliers étant significativement plus important. Pour autant, je recherche toujours une liste exhaustive des chevaliers, au moins celle des 407 récipiendaires du collier. J'ai obtenu une liste qui semble complète, jusqu'en 1851, il paraît qu'une autre liste exhaustive existe des origines à 1901 (je l'a recherche d'autant plus qu'elle pourrait être armoriée).

PS 2 : il semble qu'une liste des 407 détenteurs du collier ait été publiée dans un ouvrage intitulé "Die Ketten des Preussischen Hohen Ordens vom schwarzen Adler 1701-1918" de P. Sauerwald et E. Schuberski. Si une personne y avait accès, merci de penser à moi.

PS 3 : l'ouvrage de 1901 dans lequel figureraient les armoiries des 1129 chevaliers, avec ou sans colliers, créés à cette date, est intitulé "Die Ritter des Königlich Preussischen Hohen Ordens vom Schwarzen Adler und ihre Wappen (1701–1901)" par R. Stillfried-Alcántara. Merci de penser à moi si l'un de vous y avait accès.

PS 4 : grâce à la grande générosité de l'un d'entre vous, je dispose maintenant de l'ouvrage de 1901. Une grande partie de la ressource documentaire nécessaire à la publication d'un futur armorial est donc réunie. Ne manquent plus maintenant que des informations sur la période 1901-1918 pour envisager un armorial vraiment complet.

Contact

FACEBOOK

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur page Facebook officielle.
Retrouvez toute l'actualité de mes blogs à l'adresse suivante :

https://www.facebook.com/pages/Héraldique-européenne/602489059772729

Arnaud BUNEL