-
Héraldique européenne... le blog Armorial des Cardinaux Armorial des Maréchaux de France Armorial des communes de France Armorial des Arts et Sciences Armorial des rues de Paris Armorial de l'Ordre de l'Annonciade Armorial de l'Ordre du Chardon Armorial de l'Ordre de la Jarretière Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit Armorial de l'Ordre de Saint-Louis Armorial de l'Ordre de la Toison d'Or
Pour rappel, l'accès rapide et la navigation entre mes différents blogs s'effectuent aisément par l'intermédiaire des icônes situées juste au-dessus du titre principal de chacun des blogs.
Pour rappel aussi, au cumul de l'ensemble des blogs, j'essaie de publier au moins 10 nouveaux messages par jour.

jeudi 8 mars 2012

Archevêques et Evêques de Toulouse - Présentation

Le Diocèse de Toulouse (Dioecesis Tolosanus) est créé vers le milieu ou la fin du IIIe siècle. Il couvre alors à une très grande partie du Languedoc. Plus tard, c'est à partir de Toulouse que l'Eglise catholique va coordonner sa reconquête des territoires occupés par le catharisme. Toulouse est alors élevé au rang d'Archidiocèse en même temps que son territoire immédiat est réduit par la création des Diocèses de Lavaur, de Montauban, de Saint-Papoul et de Lombez.
A la fin de l'Ancien Régime, l'Archevêque de Toulouse compte pour suffragant les Evêques de Lavaur, de Lombez, de Montauban, de Mirepoix, de Pamiers, de Rieux et de Saint-Papoul.
Avec la Constitution civile du clergé de 1790, l'Archidiocèse de Toulouse se retrouve officiellement supprimé et remplacé par le Diocèse constitutionnelle de Haute-Garonne, auquel est associée la position de Métropolitain du Sud.
La situation se normalise après le Concordat de 1801 qui voit l'Archidiocèse de Toulouse reconstitué. Son territoire se retrouve augmenté de tout ou partie des Diocèses non-reconstitués de Saint-Bernard-de-Comminges, de Saint-Lizier-de-Couserans, de Lectoure, de Lombez, de Mirepoix, de Rieux et de Saint-Papoul. Il a alors pour suffragants les Diocèses d'Agen, de Bayonne, de Cahors, de Carcassonne et de Montpellier.
Par le nouveau Concordat de 1822, la Province métropolitaine de Toulouse, qui à cette occasion prend le nom de Toulouse (-Narbonne), se retrouve une nouvelle fois modifiée. L'Archidiocèse a alors pour suffragants les Diocèses de Carcassonne, de Montauban et de Pamiers. Cette organisation demeurera inchangée jusqu'en 2002.
Entre temps, en 1935, l'Archidiocèse change une nouvelle fois de nom pour devenir celui de Toulouse (-Narbonne-Saint Bertrand de Comminges-Rieux).
La réorganisation de 2002 modifie profondément la géographie de la Province ecclésiastique de Toulouse, qui se retrouve décalée vers l'ouest et étendue vers le nord. L'Archidiocèse, qui conserve sa position de Métropolitain, a depuis lors pour suffragants les Diocèses d'Albi, d'Auch, de Cahors, de Montauban, de Pamiers, de Rodez-Vabres et de Tarbes et Lourdes.
Enfin, en 2006, pour tenir compte de la nouvelle géographie de la province, l'Archidiocèse change une nouvelle fois de nom pour prendre celui de Toulouse (-Saint Bertrand de Comminges-Rieux).

Archidiocèse de Toulouse

2 commentaires:

  1. Il me semble que le pallium des métropolites possèdent 5 et non pas 7 croix. Elles symbolisent les Cinq Plaies de la Passion.

    La pointe inférieure du pallium est noire de manière à symboliser la patte d'un agneau. Cette agneau est à la fois le Christ offert en sacrifice eucharistique mais aussi le fidèle dont l'évêque doit prendre soin en lieutenance du Bon Pasteur.

    RépondreSupprimer
  2. Il existe selon les époques et les auteurs de nombreuses variantes dans la représentation du décor du pallium.
    J'ai dans documentation de nombreux exemples avec 3, 4, 5 ou encore 7 croix, avec on non extrémité noire, de différentes époques et origines géographiques.
    Ici, il n'est pas nécessaire d'aller chercher bien loin, dans les armoiries en usage officiel actuellement du Pape Benoit XVI, le pallium est dessiné avec seulement trois croix, qui plus est rouges à la place du plus habituel noir.
    Dans son armorial des Prélats français (1906), Saint-Saud dit que le pallium doit avoir six croix.
    Dans son armorial des Cardinaux, Archevêques, etc. (1874) Tausin, lui ne se mouille pas trop en indiquant que la pallium est chargé "de trois ou de plusieurs petites croix pattées de sable", et je pourrais ainsi multiplier les exemples.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Vous pouvez m'aider
Si j'en crois Wikipedia, il semble que l'Ordre de l'Aigle Noir de Prusse (Hohe Orden vom Schwarzen Adler) n'a compté que 407 récipiendaires entre 1701 et 1918. Si cette information est exacte, un tel nombre de personnages serait compatible avec une publication sur le présent blog, à la manière de ce que je fais actuellement pour la Toison d'Or ou encore la Jarretière.
En conséquence, je suis à la recherche d'une liste complète et chronologique des titulaires de cet ordre (cette liste pourra être en français, en allemand, en anglais ou en toute autre langue).
Merci d'avance de votre aide.

PS 1 : les premières informations collectées (merci aux nombreux contributeurs) laissent penser que le nombre de 407 concerne exclusivement ceux des chevaliers qui furent reçus avec collier, le nombre global de chevaliers étant significativement plus important. Pour autant, je recherche toujours une liste exhaustive des chevaliers, au moins celle des 407 récipiendaires du collier. J'ai obtenu une liste qui semble complète, jusqu'en 1851, il paraît qu'une autre liste exhaustive existe des origines à 1901 (je l'a recherche d'autant plus qu'elle pourrait être armoriée).

PS 2 : il semble qu'une liste des 407 détenteurs du collier ait été publiée dans un ouvrage intitulé "Die Ketten des Preussischen Hohen Ordens vom schwarzen Adler 1701-1918" de P. Sauerwald et E. Schuberski. Si une personne y avait accès, merci de penser à moi.

PS 3 : l'ouvrage de 1901 dans lequel figureraient les armoiries des 1129 chevaliers, avec ou sans colliers, créés à cette date, est intitulé "Die Ritter des Königlich Preussischen Hohen Ordens vom Schwarzen Adler und ihre Wappen (1701–1901)" par R. Stillfried-Alcántara. Merci de penser à moi si l'un de vous y avait accès.

PS 4 : grâce à la grande générosité de l'un d'entre vous, je dispose maintenant de l'ouvrage de 1901. Une grande partie de la ressource documentaire nécessaire à la publication d'un futur armorial est donc réunie. Ne manquent plus maintenant que des informations sur la période 1901-1918 pour envisager un armorial vraiment complet.

Contact

FACEBOOK

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur page Facebook officielle.
Retrouvez toute l'actualité de mes blogs à l'adresse suivante :

https://www.facebook.com/pages/Héraldique-européenne/602489059772729

Arnaud BUNEL