-
Héraldique européenne... le blog Armorial des Cardinaux Armorial des Maréchaux de France Armorial des communes de France Armorial des Arts et Sciences Armorial des rues de Paris Armorial de l'Ordre de l'Annonciade Armorial de l'Ordre du Chardon Armorial de l'Ordre de la Jarretière Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit Armorial de l'Ordre de Saint-Louis Armorial de l'Ordre de la Toison d'Or
Pour rappel, l'accès rapide et la navigation entre mes différents blogs s'effectuent aisément par l'intermédiaire des icônes situées juste au-dessus du titre principal de chacun des blogs.
Pour rappel aussi, au cumul de l'ensemble des blogs, j'essaie de publier au moins 10 nouveaux messages par jour.

mercredi 11 juillet 2012

Anniversaire du Duc Charles-Louis de Chartres

Aujourd'hui 11 juillet 2012, 40e anniversaire de SAR Charles-Louis d'Orléans, Duc de Chartres.

Charles-Louis d'Orléans


Merci à Chantal Bost pour sa vigilance.

37 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je souhaiterais apporter une précision, ou plutôt une modification concernant les Armoiries du Prince Charles-Louis d'Orléans, Duc de Chartres. Selon les armoiries qui lui furent attribuées officiellement sont : "d'azur à la fleur de lys d'or surmontée d'un lambel à trois pendants de gueules". Tenants, manteau ou deux anges. Couronne des Princes du Sang. Les armes présentées ici sont celle du Prince Jacques d'Orléans, Duc d'Orléans.

    RépondreSupprimer
  2. Pas du tout !
    Si l'on met de côté les ornements extérieurs que je qualiferai de fantaisistes, il s'agit là des armoiries de L'ENSEMBLE de la famille d'Orléans, Henri d'Orléans, comte de Paris et aîné de la famille, compris.
    Des brisures pourraient bien sûr y être introduites afin de distinguer les différentes branches de cette famille mais il est clair que la suppression éventuelle du lambel d'argent n'est pas acceptable (comme cela a d'ailleurs été démontré à de multiples reprises, y compris dans deux procès bien connus) car il s'agirait alors d'une usurpation d'armoiries.

    RépondreSupprimer
  3. Décidément c'est un sujet qui demeurera une éternelle polémique. Comme j'ai déjà eu l'occasion de l'exprimer, je ne souhaite pas entrer ici dans la polémique.
    En revanche, parce qu'il me semble légitime que chacun soit informé et puisse au besoin se faire sa propre opinion, je maintiens accessible à tous ces deux commentaires en souhaitant que chacun puisse exprimer ses arguments et opinions dans un contexte de sérénité et non de passion. N'oublions pas que de manière générale, l'agressivité dessert les arguments exprimés, en faisant passer au second plan leur pertinence.
    Ceci étant dit, pour tenir la ligne éditoriale du blog qui consiste à représenter les armoiries telles qu'elles sont effectivement portées, en faisant abstraction de la question de leur pertinence ou légitimité, je viens de modifier le présent dessin en tenant compte de l'information communiquée par Christophe Frayssines de Montvalen et que j'ignorai. Afin d'éviter autant que possible les polémiques, je rappelle une nouvelle fois que cela n'implique pas mon approbation de ces armoiries.
    Dernier point au sujet de cette polémique : si l'on se montre un lecteur et/ou un héraldiste attentif de mes publications sur ce blog, par certains détails textuels et visuels il est possible aux plus pointus d'entre vous de deviner mon opinion sur le sujet. Hors cela et comme déjà indiqué, je souhaite conserver à ce blog une grande neutralité dans cette polémique comme dans tout autre sujet politique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je passe sur la polémique habituelle et la saisine des juridictions manifestement incompétentes, d'un point de vue juridique j'entends, pour traiter des questions dynastiques et qui les évitèrent. Pour ce qui est des armes du duc de Chartres, celles décrites par Monsieur Frayssines de Montvalen se trouvent en effet, mais selon mes souvenirs et le Point de vue de l'époque, que je n'ai pas le courage de rechercher dans mes archives en ce bel été provençal, il y a trois fleurs de lys et non une sous un lambel de gueules, au lieu du lambel d'argent de son père duc d'Orléans (le lambel des princes d'Orléans ayant évidemment été enlevé pour les aînés à la mort d'Henri V et à l'extinction des Bourbons français issus de Louis XIV).
      Sans cela nous aurions les armes de Provence et je ne crois pas que feu Monseigneur ait voulu aller jusque là, malgré la proximité des Sabran et des comtes de Provence.

      Supprimer
  4. Pour l'instant j'ai mis le lambel de gueules, qui évidemment renvoie directement à Louis XVIII !!!, mais il est bien évident que je suis disposé à modifier de nouveau si le lambel était finalement d'argent.
    Pour le reste : no comment.

    RépondreSupprimer
  5. On vient de me communiquer, dessin à l'appui, une nouvelle version des armes du Duc de Chartres, confirmant le soupçon de Gérard, à savoir la présence de trois fleurs de lys. Nous quittons donc Louis XVIII et le Comté de Provence, pour nous rapprocher du Duché d'Anjou et du Royaume de Naples... Je viens de modifier en conséquences le dessin.

    RépondreSupprimer
  6. Je me permet, Messieurs, une foi de plus,de communiquer une réalité qui fut publiée dans un ouvrage où l'auteur remercie Les membres de la famille royale pour leur soutiens ; Ce qui veux dire que le Comte de Paris lui-même avait donné des renseignements complémentaires et nécessaire afin justement d'éviter les erreurs ! J'apporte donc ici la preuve de ce que j'apporte en confirmant que toute les branches cadettes de la Maison Royale de France ne possèdent pas les mêmes brisures que leur aîné ; C'est le cas pour le Duc de Chartres. Son blason n'est pas "d'azur à trois fleurs de lys" mais boien D'AZUR A LA FLEUR DE LYS surmonté d'un lambel à trois pendants de gueules. Couronne de Prince du Sang. Tenants : deux anges (le manteau n'est pas nécessaire (et cette règle s'applique à tous les membres de la famille). Autre exemple pour SAR le Prince Foulques d'Orléans, Comte d'Eu, Duc d'Aumale, qui porte : D'azur A LA FLEUR DE LYS d'or au lambel à trois pendants d'argent surmonté de trois TOURS D'OR. Couronne de Prince du Sang; Tenants : deux anges.

    Le fait que l'on présente tous les membres de cette famille avec souvent le même blason, sans réellement les identifiés, est une façon de reconnaître qu'il appartienne bien à la même famille.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  7. Cependant, je ne possède pas la science nécessaire, et sans faire de polémique, je tenais à vous remercier car cela montre notre passion à tous ici pour l'héraldique et la recherche de la vérité. Je voulais citer le livre dont je prends référence pour confirmer mes dire ; Il s'agit de l'ouvrage intitulé LE COMTE DE PARIS ET SA DESCENDANCE, de Philippe de Montjouvent, au édition du Chaney. L'auteur remercie les membres de la famille royale, des avocats ainsi que l'AUC (Association de l'Unité Capétienne) lors de l'édition de son ouvrage.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  8. Puisque vous citez une source, nous revenons vers la fleur de lys unique. Du coup, cette communication m'a également permis de modifier les armoiries de Foulques d'Orléans (cf. http://www.heraldique.org/2012/07/anniversaire-du-duc-foulques-daumale.html). Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui l'excellent Montjouvent dit bien cela, mais ça me semble tout de même étrange et il faudrait faire des recherches plus approfondies ou interroger les titulaires. Je n'ai pas sous les yeux l'ouvrage de Montjouvent mais il me semble bien que pour Aumale il cite la lettre de concession et qu'il y a trois fleurs de lys. Je regarderai mieux cela ce soir.

      Supprimer
  9. Dans la mesure où la famille de France a permis la publication de cet ouvrage, il me semble du'il n'y a pas de source plus sûr ! Cordialement

    RépondreSupprimer
  10. Voici Mr Bunel, pour l’occasion les armes des autres princes de la Maison actuelle de France (qu'il leur fut attribué le jour de l’acquisition de leur apanage et titres):
    - Thibaud, Comte de La Marche : d'azur à trois fleurs de lys d'or àla bande de gueules chargée de trois lionçeaux d'argent. Couronne des Prince du Sang de France. Tenants : deux anges (manteau ou pas, c'est pas mentionné).
    - Micaëla Cousino, Princesse de Joinville (épouse de Mgr le Cte de Paris : d'azur à la fleur de lys d'or accompagnée de trois broyes de même et surmontée d'un lambel à trois pendants d'argent, au chef d'un lion issant de gueules. Ni couronne, ni tenant.
    - Charles-Philippe, Duc d'Anjou : d'azur à 3 fleur de lys d'or, à la bordure de gueules. Couronne des Princes du Sang de France. Tenant : deux anges. (son frère, François, n'en semble-t-il pas avoir d'armes, car ne fut pas encore titré).

    Pour Monseigneur le Comte de Paris, Jean de France, Duc de Bordeaux et Dauphin/Régent (pour son frère François) et Eudes de France, Duc d'Angoulême, Jacques, Duc d'Orléans, Michel, Comte d'Evreux, et Foulques, Duc d'Aumale, ce sont les bonnes armes, toujours selon Montjouvent.
    Merci et bien cordialement

    RépondreSupprimer
  11. Merci, tout particulièrement pour la Princesse de Joinville dont j'ignorai les armes.

    RépondreSupprimer
  12. Philippe de Montjouvent dans l'une de ses annexes décrit bien comme vous les avez représentés les blasons du duc de Chartres et du comte d'Eu, en revanche à la page 341 à propos du prince Foulques plus précisément, il cite un extrait du Bulletin des Amys du Vieil Eu de 1998 qui est l'acte par lequel le comte de Paris donnait le 20 octobre 1982 son titre héréditaire de comte d'Eu et ses armoiries au jeune prince. Et dans ce court texte on peut lire : « Ses armes seront celles des comtes d'Eu : d'azur à trois fleurs de lis d'or posées 2 et 1, au lambel à trois pendants de gueules chargés de trois tours d'or ». On remarque que ce blason est donc plus classique d'autant que les tours ne sont pas posées au-dessus du lambel mais chargent les trois pendants. On reprend en somme avec quelques variantes les armes des comtes d'Artois qui furent comtes d'Eu. Bien sûr il est précisé que l'écu est timbré de la couronne des princes du sang (à huit fleurs de lis dont cinq apparentes) et qu'il est tenu par deux anges. Il faudrait avoir sous les yeux le Point de vue numéro 2574 du 19 novembre 1997 qui évoquait l'investiture de ces titres aux deux frères et aussi du duché d'Aumale au comte d'Eu.
    En ce qui concerne les armes de la princesse de Joinville, l'actuel comte de Paris a précisé que ce titre n'était plus porté par son épouse depuis qu'il est devenu le chef de la Maison de France. Sur le site du Prince il y a quelques mois on pouvait encore voir les armoiries d'alliance de la comtesse de Paris et celle-ci en fait reprenait le blason Quinones de Leon de sa mère avec, me semble-t-il, la bordure componée de Castille et de Léon. On sait ce blason est échiqueté de gueules et de vair de 15 pièces.

    RépondreSupprimer
  13. Bon, manifestement, les choses semblent assez floues, ou tout au moins pas vraiment établies. Si l'on reprend la logique strictement héraldique, et quoique l'on puisse penser de leur pertinence ou de leur légitimité, il serait effectivement assez logique que le Comte d'Eu reprenne les armes d'Artois, quant à celles du Duc de Chartres l'incertitude demeure, puisque toujours selon la logique heraldico-historique, qui semble en vigueur pour d'autres membres de la famille, les Ducs de Chartres "historiques" portaient simplement les armes d'Orléans !!!
    En attendant et pour l'instant je ne change plus rien. J'attends d'avoir un consensus, ou mieux une communication directe des porteurs de ces armes ou d'un de leurs représentants autorisés, pour fixer définitivement la situation.

    RépondreSupprimer
  14. Dès lors que l'on s'enfonce davantage encore dans des usurpations de titres autant que d'armoiries on ne peut s'étonner du flou qui se révèle. Un retour aux sources authentiques et à la vérité historique nous éviterait ce genre de palinodies.

    RépondreSupprimer
  15. Voilà qui pourrait être écrit pour certains titres récents de Bourgogne ou de Berry...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s'étonnera toujours de ce que l'on appelle des "titre de courtoisie". Ensuite, il ne s'agit plus que d'une adhésion ou, au contraire, d'un rejet dynastique...
      En revanche, l'héraldique échappe (en tout cas devrait échapper) à ces considérations car elle est presque une science exacte. Historiquement les armes d'Orléans ont été, sont et seront toujours les mêmes, quelque soit la façon d'envisager la question. Ou bien alors il faut en créer d'autres. La seule variable est constituée par les brisures (il en a existé dans le passé). Plutôt que ces fantaisies ridicules qui font par exemple porter au prince Charles-Louis...les armes du comté de Provence (!) pourquoi ne pas utiliser la méthode britannique des petits meubles chargeant le lambel ? Les possibilités de distinction des différentes branches de cette famille en seraient innombrables. Mais il est vrai qu'il faudrait pour cela accepter de porter le lambel...des Orléans.

      Supprimer
    2. Chacun obéit à sa propre logique et les Orléans devenus, aux yeux de presque tous, chefs de la Maison de France ne pouvaient conserver leur brisure pas plus que les Valois avec Philippe VI ou les Bourbons avec Henri IV. Mais évidemment les partisans de la branche issue de Philippe V d'Espagne ne sont pas d'accord... Alors ici conservons les sentiments de sagesse d'Arnaud Bunel.

      Supprimer
  16. S'il vous plaît, inutile de déterrer la hache de guerre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok mais ce n'était qu'une réponse ...

      Supprimer
  17. Pierre-Yves Guilain20 juillet 2012 15:04

    Le principe britannique basé exclusivement sur le lambel, avec des variantes sur les pendants, est intéressant et "pratique", il a d'ailleurs été repris par la Maison d'Espagne, et auparavant, d'une façon très spéciale, par celle de Portugal. Mais je ne vois pas pourquoi on devrait l'imiter en France où existe une autre tradition, celle des surbrisures.
    Logiquement, un cadet de cadet de la Maison de France devrait porter les armes du premier de sa lignée surbrisées, un cadet d'Orléans idem etc.
    Je ne comprends pas très bien les initiatives du feu comte de Paris, qui impose une fleur de lys unique aux cadets de cadets (???), colore un gueules le lambel Orléans etc. Quelqu'un a-t-il des lumières sur la question ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas sûr, encore une fois, que cette fleur de lis unique, qui me paraît douteuse, vienne du défunt comte de Paris. Pour ce qui est du lambel, je suppose qu'il y a des exemples de changement de couleur même si je n'en n'ai pas présent à l'esprit. En l'espèce il s'agit du lambel d'argent du duc d'Orléans qui, de son vivant, devient de gueules pour son fils aîné, et qui pour le cadet est appelé à le demeurer à titre héréditaire.

      Supprimer
  18. Comment le comte de Paris a-t-il pu attribuer au duc de Chartres les armoiries "d'azur à la fleur de lis surmontée d'un lambel à trois pendants de gueules" qui sont celles de Provence moderne ?

    RépondreSupprimer
  19. Ce choix (ainsi que ceux effectué pour plusieurs de ses autres petits-fils) est en effet très discutable et, vous vous en doutez, n'a pas contribué à arranger "la querelle".
    A titre personnel et sur un plan strictement héraldique, je n'approuve pas ce choix, mais ma politique sur ce blog est de présenter, lorsqu'il s'agit de personnes contemporaines et dans la mesure du possible, les armoiries telles qu'elles sont effectivement portées et non telles que je pourrais estimer qu'elles devraient l'être.
    A côté de cela, il ne vous aura pas échappé que je laisse ouverts les commentaires (dès l'instant qu'ils sont argumentés et pas dans l'insulte), de manière à ce que chacun puisse dans les cas litigieux apporter les nuances et les remarques qu'il souhaite et ainsi que tous puissent se faire leur propre opinion.

    RépondreSupprimer
  20. Avez-vous des sources sur le blason porté par le précédent duc de Chartres, Robert d'Orléans (1840-1910), père du duc de Guise, arrière-grand-père de l'actuel comte de Paris et arrière-arrière-grand-père de l'actuel duc de Chartres ?
    Lui aussi était fils du duc d'Orléans, mais son père, outre qu'il possédait ce titre, était lui-même le fils et héritier du roi Louis-Philippe.
    En réalité, la question est de savoir si chaque titre correspond toujours à un blason, et la réponse me semble être négative, mais vous saurez certainement répondre mieux que moi à cette question.
    Question subsidiaire : quelles auraient été, selon vous, les armoiries les plus appropriées pour le duc de Chartres ?

    RépondreSupprimer
  21. Je pense que jusqu'à la décision du précédent Comte de Paris, tous les Orléans portaient les armes classiques des Orléans (le lambel d'argent), sauf le prétendant orléaniste et chef de sa maison qui revendiquait les pleines armes de France... ce qui comme vous le savez à largement participé à "la querelle".

    RépondreSupprimer
  22. Si ce n'est que le prince Robert d'Orléans est né sous le règne de son grand-père, le roi Louis-Philippe, qui lui a octroyé le titre de duc de Chartres. Il me semble plus que plausible qu'à l'époque, les princes étaient dotés d'un blason en rapport avec son apanage, même si la Monarchie de Juillet n'était pas l'Ancien Régime, bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que le précédent duc de Chartres portait en effet comme ses oncles les simples armes Orléans. Je ne crois toujours pas en revanche, comme je l'ai écrit amicalement à Arnaud Bunel, que l'actuel duc de Chartres se soit vu attribuer par son grand-père les armes ici représentées mais les armes des ducs d'Orléans avec un lambel de gueules au lieu de celui d'argent de son père, mais je n'ai pas encore retrouvé mes sources. Je pense qu'il s'agit ici d'une simplification de graveur. Mais notre hôte et je le comprends s'en tient à une source écrite réputée. Je l'approuve aussi de certaines licences artistiques.

      Supprimer
    2. Robert, duc de Chartres, portait les armes d'Orléans, cf. une plaque de garde chasse conservée au musée de la Vénerie de Senlis, avec couronne de fils de France, sur le site Joconde des musées de France (www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde).

      Supprimer
    3. Enfin, n'ayant pas le courage de chercher dans mon grenier les vieux Point de vue (Arnaud Chaffanjon avait donné les armes de Charles-Louis et de Foulques), je me permets de reprendre ce que j'avais dit plus haut : "Philippe de Montjouvent dans l'une de ses annexes décrit bien comme vous les avez représentés les blasons du duc de Chartres et du comte d'Eu, en revanche à la page 341 à propos du prince Foulques plus précisément, il cite un extrait du Bulletin des Amys du Vieil Eu de 1998 qui est l'acte par lequel le comte de Paris donnait le 20 octobre 1982 son titre héréditaire de comte d'Eu et ses armoiries au jeune prince. Et dans ce court texte on peut lire : « Ses armes seront celles des comtes d'Eu : d'azur à trois fleurs de lis d'or posées 2 et 1, au lambel à trois pendants de gueules chargés de trois tours d'or ». On remarque que ce blason est donc plus classique d'autant que les tours ne sont pas posées au-dessus du lambel mais chargent les trois pendants. On reprend en somme avec quelques variantes les armes des comtes d'Artois qui furent comtes d'Eu. Bien sûr il est précisé que l'écu est timbré de la couronne des princes du sang (à huit fleurs de lis dont cinq apparentes) et qu'il est tenu par deux anges. Il faudrait avoir sous les yeux le Point de vue numéro 2574 du 19 novembre 1997 qui évoquait l'investiture de ces titres aux deux frères et aussi du duché d'Aumale au comte d'Eu".
      Naturellement s'il y a trois fleurs de lis pour Foulques il y en a trois pour Charles-Louis.

      Supprimer
  23. En effet, ce serait bien plus logique... Et puis cette fleur de lis unique surmonté du lambel de gueules est tellement associé à la Provence que cela me semble en tout point étrange, pour le moins maladroit.
    Le lien que vous donniez au sujet du prince Robert, duc de Chartres semble tronqué ou incomplet et je n'ai pu y accéder malgré mes recherches. Pourriez-vous le copier de nouveau ? Merci.

    RépondreSupprimer
  24. Cyril,
    Essayez St Aubin 40 F - Joconde - catalogue - dictionnaires.
    On voit les mêmes armes de Robert, duc de Chartres, sur les flancs de son tombeau à Dreux, les photos dans les livres sur la chapelle royale ne sont pas toujours très nettes, mais voyez le site de stephane.thomas.pagesperso-orange.fr, le gisant est d'Antonin Mercié. Donc Orléans et couronne de fils de France. Le bouton de livrée du duc, lui, porte son chiffre, RO, avec la même couronne. Dans Thierry de Bodard et Dominique Perrin, Boutons de livrée de fabrication française, 1ère série, Patrice du Puy, Paris 2008, on voit en page suivante, le bouton de Pierre d'Alcantata d'Orléans et Bragance, le père de la Comtesse de Paris, et c'est le blason "simplifié" des Orléans (surmonté de la couronne impériale du Brésil) et ce sont de fait les armes de Provence, ou Orléans réduites à une seule fleur de lis et au lambel. C'est ce qui a pu inspirer certaines représentations pour ses arrière petits-fils. Ces armoiries n'étaient bien sûr pas officielles et l'on connait bien les armes de Madame, mais sur un bouton de livrée, on pouvait faire plus simple ; notons que dans ce même ouvrage on retrouve la plaque de garde-chasse du duc dans une publicité pour la fabrique Supérieur vers 1909 (le duc de Chartres est mort en 1910).
    Merci à Arnaud.

    RépondreSupprimer
  25. En effet, merci de ce lien très intéressant. C'est donc feu le comte de Paris qui a remis au goût du jour l'attribution de blasons différenciés pour les membres de la maison de France. Notons en passant la gravure sur la plaque de son tombeau : "Henri VI Comte de Paris", alors que ses prédécesseurs et les autres princes d'Orléans inscrivaient tous leurs prénoms et nom, sans numéro de "règne" pour les prétendants. Bonnes recherches sur les armes du duc de Chartres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'était sa volonté, celle de son fils ou des deux. La salle de réception qu'on lui doit est aussi la salle Henri VI. Bonne soirée.

      Supprimer
  26. Pierre-Yves Guilain8 décembre 2012 01:55

    Avant les initiatives du feu comte de Paris, le seul prince d'Orléans qui ait porté une brisure est Ferdinand, duc de Montpensier (1884-1924), qui avait repris les armes des Bourbon-Montpensier : d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée en chef d'un compon aussi d'or au dauphin du champ.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Vous pouvez m'aider
Si j'en crois Wikipedia, il semble que l'Ordre de l'Aigle Noir de Prusse (Hohe Orden vom Schwarzen Adler) n'a compté que 407 récipiendaires entre 1701 et 1918. Si cette information est exacte, un tel nombre de personnages serait compatible avec une publication sur le présent blog, à la manière de ce que je fais actuellement pour la Toison d'Or ou encore la Jarretière.
En conséquence, je suis à la recherche d'une liste complète et chronologique des titulaires de cet ordre (cette liste pourra être en français, en allemand, en anglais ou en toute autre langue).
Merci d'avance de votre aide.

PS 1 : les premières informations collectées (merci aux nombreux contributeurs) laissent penser que le nombre de 407 concerne exclusivement ceux des chevaliers qui furent reçus avec collier, le nombre global de chevaliers étant significativement plus important. Pour autant, je recherche toujours une liste exhaustive des chevaliers, au moins celle des 407 récipiendaires du collier. J'ai obtenu une liste qui semble complète, jusqu'en 1851, il paraît qu'une autre liste exhaustive existe des origines à 1901 (je l'a recherche d'autant plus qu'elle pourrait être armoriée).

PS 2 : il semble qu'une liste des 407 détenteurs du collier ait été publiée dans un ouvrage intitulé "Die Ketten des Preussischen Hohen Ordens vom schwarzen Adler 1701-1918" de P. Sauerwald et E. Schuberski. Si une personne y avait accès, merci de penser à moi.

PS 3 : l'ouvrage de 1901 dans lequel figureraient les armoiries des 1129 chevaliers, avec ou sans colliers, créés à cette date, est intitulé "Die Ritter des Königlich Preussischen Hohen Ordens vom Schwarzen Adler und ihre Wappen (1701–1901)" par R. Stillfried-Alcántara. Merci de penser à moi si l'un de vous y avait accès.

PS 4 : grâce à la grande générosité de l'un d'entre vous, je dispose maintenant de l'ouvrage de 1901. Une grande partie de la ressource documentaire nécessaire à la publication d'un futur armorial est donc réunie. Ne manquent plus maintenant que des informations sur la période 1901-1918 pour envisager un armorial vraiment complet.

Contact

FACEBOOK

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur page Facebook officielle.
Retrouvez toute l'actualité de mes blogs à l'adresse suivante :

https://www.facebook.com/pages/Héraldique-européenne/602489059772729

Arnaud BUNEL